ANOULD - Anciennes papeteries du Souche

Les premiers travaux de pré-aménagement de l’EPFGE sont lancés

ANOULD – Anciennes papeteries du Souche

ANOULD – Anciennes papeteries du Souche

ANOULD - Anciennes papeteries du Souche

Les premiers travaux de pré-aménagement de l’EPFGE sont lancés
Deuxième trimestre 2021 : les premiers travaux de pré-aménagement sur les anciennes papeteries du Souche à Anould, conduits par l’EPFGE, viennent de démarrer. L’établissement avait engagé des réflexions pour reconvertir le site dès 2014 avec la commune d’Anould puis la communauté d’agglomération de Saint-Dié-des-Vosges. L’implantation d’un pôle de formations aux métiers de la sécurité et de la sureté y est notamment prévue pour fin 2022.

C’est à la rivière de la Meurthe que la petite commune vosgienne d’Anould, 3 300 habitants, est redevable de cette industrie de la pâte à papier développée à partir de 1820. Les Papeteries du Souche sont mises en liquidation courant 2013. L’année suivante, la structure intercommunale et le conseil départemental des Vosges sollicitent l’EPF pour mener à bien des études. Les atouts et les faiblesses du site sont analysées dans le détail, y compris en matière environnementale. Le site est vaste, environ 20 hectares, et les projets foisonnent.

La fermeture des papeteries du Souche a représenté une perte importante de l’activité économique locale, laissant en friche environ 30 000 m2 au sol d’infrastructures industrielles. L’enjeu du soutien des politiques économiques et des emplois locaux est particulièrement fort dans le bassin d’emploi de Saint-Dié-des-Vosges touché par un taux de chômage de 15%. La communauté d’agglomération a ainsi très vite opté pour l’accueil de nouvelles activités commerciales et logistiques et d’un pôle de formations aux métiers de la sécurité et de la sureté. Des liaisons douces ouvriront le site au public en lien avec un parc aménagé en bord de Meurthe, pour profiter de la richesse écologique de la trame verte et bleue.

En août 2019, l’EPFGE fait l’acquisition d’une douzaine d’hectares, comme convenu avec la communauté d’agglomération de Saint-Dié-des-Vosges. L’année suivante, environ 6 600 m2 de terrain non bâti lui sont cédés sur la rive gauche du site à vocation de développement économique. S’y implantent notamment une société d’ambulances, actuellement en activité, puis un atelier de boucherie et une grande surface de bricolage dont le démarrage des travaux est imminent. L’entreprise CERAM industrie, en cours d’installation depuis fin 2020, a commencé ses activités de stockage / logistique de carrelages.

Les premiers travaux pilotés par l’EPF ont été lancés en avril 2021. Ils consistent à désamianter et réaliser un curage complet du bâtiment Saint-Louis, premier bâtiment destiné à recevoir les activités de formation aux métiers de la sureté et de la sécurité. L’EPF se chargera des travaux de clos couvert et la communauté d’agglomération et la SOLOREM de l’aménagement proprement dit courant 2022. La chaufferie, bâtiment le plus complexe à gérer du fait de la présence d’amiante fortement dégradée, sera quant à elle totalement déconstruite. Il est également prévu de déconstruire le pavillon et ses annexes ainsi que la partie dite « cathédrale » du bâtiment « coucheuses finitions ». Tous ces travaux préparatoires de désamiantage et de déconstruction seront intégralement financés par l’établissement public.

Plus d'articles

Faites votre recherche