Les 50 ans de l’EPFGE

ETABLISSEMENT PUBLIC FONCIER DE L’ETAT DANS LE GRAND EST DEPUIS 1973

L’Établissement Public Foncier de l’État dans le Grand Est a été créé en 1973 sous l’impulsion des départements de Meurthe-et-Moselle et de la Moselle et s’est alors installé à Pont-à-Mousson, à mi-distance entre Metz et Nancy, au cœur d’une métropole d’équilibre.

Il a progressivement étendu ses compétences aux départements des Vosges, de la Meuse puis en octobre 2020, aux départements de l’Aube, des Ardennes, de la Haute-Marne et de la Marne.

L’Établissement a connu bien des évolutions au cours de ses 50 ans d’existence, tant en termes de périmètre de compétence que de capacités d’intervention. Mais l’établissement a toujours été un outil au service des projets des personnes publiques compétent pour réaliser toutes acquisitions foncières et immobilières et pour conduire des études et des travaux de pré-aménagement. Si par nature, les interventions de l’EPFGE ne sont pas spectaculaires, elles se veulent souvent décisives.

Un conseil d’administration composé depuis 2021 de 51 membres avec voix délibérative et 5 socioprofessionnels membres avec voix consultative.

L’EPF est autorisé à intervenir en mobilisant ses fonds propres

Moyennes 2018-2022

  • 47 M€ de dépenses moyennes annuelles d’activité dont 27 M€ en acquisitions foncières et 20 M€ en études et travaux
  • 84 M€ de programmations moyennes annuelles
  • Un potentiel de 1 200 logements au moment de la cession des terrains portés

50 ans – Synthèse

Toutes les interviews réalisées dans le cadre des 50 ans

Cliquez sur les boutons pour lancer les vidéos

Interview d’Antony CAPS

« L’EPFGE accompagne les personnes publiques à toutes les échelles de territoire et il a aujourd’hui de nombreux résultats qualificatifs, innovants. L’établissement est un partenaire incontournable avec des qualités reconnues et le savoir-faire précieux de ses collaborateurs pour la pleine réussite des projets des partenaires publics. Si par nature ses interventions ne sont pas spectaculaires, elles sont très souvent décisives ». 

Antony CAPS

Interview de André CORZANI

« J’ai accompagné la moitié de vie de l’EPF en tant que maire et collaboré étroitement avec l’établissement sur de nombreux projets. L’EPF nous a d’abord aidés à réparer les cicatrices du passé sidérurgique et minier. Le partenariat avec l’EPFGE en centre- bourg est également précieux et déterminant, dans la reconstruction de la ville sur la ville. L’EPFGE sait, en anticipant, prendre de l’avance pour accompagner les collectivités ».

André CORZANI

Interview d’Anne-Marie NEDELLEC

« L’EPFGE représente pour nos territoires ruraux la possibilité d’accéder à de l’ingénierie qui nous manque cruellement. C’est aussi la possibilité de s’appuyer sur un organisme qui a l’habitude de travailler sur les friches et de disposer d’un organisme rompu à la négociation avec les propriétaires. Pour la revitalisation des centres-bourgs, l’EPF nous a également apporté une bouffée d’oxygène ». 

Anne-Marie NEDELEC

Interview de Christine MAZY

« Il faut reconstruire la ville sur la ville et anticiper le foncier. L’EPFGE est présent à nos côtés pour le réussir. L’établissement a commencé à nous accompagner notamment dans le projet des Berges de Marne avec la reconversion d’une friche ferroviaire. Son action est importante parce qu’elle permet à la Ville de se consacrer à l’étude du devenir de la friche et aux nouvelles formes d’habité à mettre en place ». 

Christine MAZY

Interview de Boris RAVIGNON

« D’abord adversaire de l’extension de l’EPFGE, je suis aujourd’hui convaincu que l’extension de la TSE sur les Ardennes est l’un des investissements les plus utiles que le territoire pouvait faire. L’EPF est aujourd’hui notre principal partenaire pour la requalification des friches industrielles. Notre défi collectif pour l’avenir (Etat, collectivités, EPF) est d’anticiper leur recyclage pour réindustrialiser les territoires ».

Boris RAVIGNON

Interview de Bertrand CHEVALIER

« Le foncier représente aujourd’hui un enjeu considérable. Le département de l’Aube, profondément marqué par la restructuration industrielle, avait besoin d’une vraie expertise technique et juridique dans une approche la plus globale possible. C’est ce que lui apporte l’EPFGE en engageant de l’ingénierie et en offrant une possibilité de sortie des opérations avec une remise sur le marché et une commercialisation».

Bertrand CHEVALIER

Interview de Helen HAMMOND

« Les gros projets sont difficiles à mener pour une petite commune. Être « Petite Ville de Demain » nous a aidé à nous lancer et l’EPFGE a été à nos côtés notamment pour embellir les abords du château. L’Etablissement doit continuer à évoluer avec son temps et à aider les communes à traiter des bâtiments. Merci aux salariés de l’EPFGE pour leur soutien technique et leur collaboration efficace ! » 

Helen HAMMOND

Interview de Julien FREYBURGER

« J’invite les collectivités, acteurs publics, à entrer en contact avec l’établissement. Vous y trouverez des personnes compétentes, investies, dévouées. Il est très important que le politique ait une vision à la fois prospective, stratégique et visant à assurer et préserver l’intérêt général. Sans une puissance publique qui assume ses missions, avec les moyens nécessaires, il n’y a pas d’épanouissement quant à l’initiative privée ».

Julien FREYBURGER

Interview de Stéphane PERRIN

« L’EPF est devenu plus présent en Meuse ces dernières années avec la prise en considération du phénomène de friches industrielles et des interventions sur les centres-bourgs. L’ingénierie de l’EPF et sa capacité d’action sont indispensables d’autant plus sur des territoires qui ne sont pas métropolitains. L’établissement est aujourd’hui bien connu, il a la capacité de fédérer et c’est très précieux ».

Stéphane PERRIN

Interview de Véronique MARCOT

« Je travaille très activement et très positivement avec l’EPFGE depuis de nombreuses années. Il est important de savoir qu’il ne faut pas être propriétaire pour travailler avec l’EPF. En termes de détection d’îlots à requalifier au sein des centres-bourgs et de requalification de friches, par exemple sanitaires, l’EPF est un partenaire essentiel et indispensable pour les collectivités ». 

Véronique MARCOT

Enter your keyword