Outils fonciers et stratégies d’intervention en faveur de la biodiversité

L’EPFGE partage son expérience

Outils fonciers et stratégies d’intervention en faveur de la biodiversité

Outils fonciers et stratégies d’intervention en faveur de la biodiversité

Outils fonciers et stratégies d’intervention en faveur de la biodiversité

L’EPFGE partage son expérience

MONT-SAINT-QUENTIN (57)

LACHAUSSEE (55)

DOMMARTIN-LES-TOUL (54)

Le centre d’études CEREMA (risques, environnement, mobilité et aménagement) a organisé les 6 et 7 décembre 2021 une formation à destination d’agents des services déconcentrés de l’Etat(*) sur la biodiversité. Il s’agissait de présenter les outils fonciers et les stratégies d’intervention en matière de protection et de restauration des espaces et espèces protégés. Et de leurs rôles en termes de compensation écologique. Le Directeur Général de l’EPFGE, Alain Toubol, a partagé l’expérience de l’établissement en tant que propriétaire de près de 700 hectares d’espaces naturels et d’opérateur en reconversion de friches.
L’EPFGE propriétaire d’espaces naturels

L’EPFGE prend en compte les enjeux de préservation des espaces et espèces protégés à tous les niveaux de ses interventions. Son partenariat avec le Conservatoire d’Espaces Naturels (anciennement Conservatoire des Sites Lorrains) et la Région est relativement ancien puisqu’il date de 1991. Entre 1992 et 1996, l’EPF a fait l’acquisition de près de 93 hectares d’espaces naturels remarquables, notamment des pelouses calcaires, gérés par le Conservatoire. Puis entre 2013 et 2018, l’EPF fait l’acquisition d’un peu plus de 600 hectares principalement d’étangs dans le cadre de conventions avec la Région Grand Est, l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse et le Conservatoire d’Espaces Naturels. Un partenariat unique en France qui offre des écrins aux oiseaux, écrevisses, chiroptères et plantes rares. Des baux emphytéotiques avec le Conservatoire en permettent la gestion.

L’EPFGE opérateur en reconversion de friches

L’EPF a bâti une solide expérience en matière de traitement des friches qu’elles soient industrielles, urbaines ou militaires. Une expérience basée sur plus de 30 années d’études et de travaux de préparation à l’aménagement. En 1986, le repli des industries sidérurgiques et minières laissait plus de 1 800 hectares de friches. Aujourd’hui, l’EPF a pris en charge environ 500 sites de friches industrielles, urbaines et militaires pour environ 11 000 hectares. Parmi elles, l’ancien hôpital Jeanne d’Arc à Dommartin-lès-Toul acquis et déconstruit par l’EPFGE à la demande de la communauté de communes Terres Touloises. Une séquence « ERC » y a été mise en œuvre pour « Eviter » les atteintes à l’environnement, les « Réduire » ou les « Compenser ». Envers les hirondelles, martinets, chauves-souris, lézards des murailles… et ce, avec un suivi sur dix ans (2019-2029). La prise en compte de la biodiversité est également un enjeu majeur dans la reconversion du site militaire du Mont-Saint-Quentin à proximité de Metz. Les travaux de mise en sécurité pilotés par l’EPFGE, aux côtés de Metz Métropole, sont inscrits dans le plan de gestion du site classé de 123 hectares. Ils ont démarré en mars 2021 sur la base d’un planning étroitement adapté aux contraintes du milieu naturel (chiroptères, lierres) et patrimonial (ouvrages et garde-corps militaires), sur la base de contrôles par un écologue.

*DREAL – Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement et DDT – Directions départementales des Territoires

Plus d'articles

Faites votre recherche